Jean-Paul Ollivier : « Raconter les moments de gloire, les

chutes célèbres, les faits-divers du Tour »

Invité ce ce mardi matin de France Bleu Périgord, Jean-Paul Ollivier – véritable bible du cyclisme – revient sur le passage du Tour de France en Dordogne. Le journaliste, commentateur depuis 1964, explique comment il se prépare à commenter son passage en Périgord.

Source : FRANCE BLEU PÉRIGORD

Partager

Jean-Paul Ollivier : « Périgueux n’a connu que des contre-la-montre. » (06’49 » – photo © Maxppp)

Entré à l’ORTF en 1964, Jean-Paul Ollivier est une sorte de mémoire du Tour, un spécialiste qui scrute la grande boucle depuis 50 ans. Le journaliste raconte : « Périgueux n’a connu que des contre-la-montre. Il y a eu 1961 : la première fois que Périgueux recevait le Tour de France. C’était la victoire […] d’un grand, puisque c’est Jacques Anquetil qui l’avait emporté. »

Jean-Paul Ollivier rappelle que Anquetil a pris le maillot jaune à la première étape et il l’a conservé jusqu’au bout. C’était un pari fou, et il l’a réussi. »

Il y a eu 1964 aussi, et la tragédie de Port-de-Couze près de Bergerac. Un camion-citerne destiné au ravitaillement des hélicoptères de la gendarmerie quitte la route et tue neuf personnes.

Des notes et « du détail »

Le commentateur de France 2 livre tout de même ses astuces pour parvenir à connaître si bien la course et les régions françaises : « Je travaille avec une historienne de formation, qui est aussi l’assistante de Jean-Maurice Hogue [réalisateur du Tour]. » Cela implique de préparer des fiches que Jean-Paul Ollivier « remet à jour » tous les ans, pour sortir « une sorte de livre de bord » après avoir confronté ses notes avec celles du réalisateur.

Jean-Paul Ollivier de passage à Périgueux ce mardi 6 mai, à 17 h 30 à la librairie Marbot, et à partir de 20 heures au théâtre de Périgueux : « Et on leur donnera du détail », aux passionnés de vélo, insiste-t-il.

Le Tour de France est de passage en Dordogne en juillet 2014. Le département accueille l’unique contre-la-montre de la 101e édition, ainsi qu’une arrivée – la veille – à Bergerac.